Les sciences citoyennes, qu’est-ce que c’est? - Schweiz forscht - Citizen Science in der Schweiz

Les sciences citoyennes, qu’est-ce que c’est?

L’expression «sciences citoyennes» (Citizen Science en anglais) est de plus en plus souvent employée comme terme générique pour désigner les nombreuses approches qui permettent à des volontaires de participer à des projets scientifiques.

Plus d’informations

Les sciences citoyennes, qu’est-ce que c’est ?

L’expression «sciences citoyennes» (Citizen Science en anglais) est de plus en plus souvent employée comme terme générique pour désigner les nombreuses approches qui permettent à des volontaires de participer à des projets scientifiques.

 

Terminologie

Les sciences citoyennes désignent une méthode bien rodée au fil des siècles, qui permet à des volontaires de participer à des activités de recherche scientifique. Le terme anglais – Citizen Science – est entré pour la première fois dans l’Oxford English Dictionary en 2014.

Des questions telles que...

  • A quel moment commence le rhume des foins ?
  • Qu’en est-il de la biodiversité en Suisse ?
  • Comment évoluent les dialectes au fil du temps ?
  • Quel est le comportement des oiseaux nicheurs devenus rares ?

... sont traitées avec beaucoup d’engagement par une partie de la population intéressée. Ces représentants sont alors appelés des « citoyens scientifiques ». La curiosité et la fascination pour certains sujets et processus de recherche permettent la constitution d’un vaste savoir commun. Tout ceci est possible grâce à la coopération avec des organismes scientifiques publics, comme des universités, musées ou instituts, ainsi qu’au travers d’initiatives privées de particuliers et d’organisations.

Longue tradition

La recherche existe depuis bien plus longtemps que les universités telles que nous les connaissons aujourd’hui. Ainsi, en Europe, alors que les premières universités voyaient le jour au Moyen-Age, des expéditions étaient déjà organisées et des explorateurs voyageaient sans le soutien des écoles d’enseignement supérieur. Les sciences citoyennes sont, pour ainsi dire, la forme originelle de la recherche.

En Suisse, 1815 a vu la fondation de la Société helvétique des sciences naturelles, une association de chercheurs amateurs suisses qui a ouvert la voie à l’actuelle Académie suisse des sciences naturelles.

Même le père fondateur des Etats-Unis, Benjamin Franklin (1706-1790), était un citoyen scientifique, qui a réussi à accéder à la célébrité et aux honneurs dans le domaine des sciences, sans aucune formation académique au sens strict. En tant qu’universaliste, il a non seulement participé à la rédaction de la Déclaration d’indépendance, mais il a aussi créé des bibliothèques de prêts et inventé des applications pratiques, comme le paratonnerre.

Variété

Outre les nombreux thèmes de fond liés à toutes les sciences, que ce soit la collecte de données météorologiques pour la climatologie ou la reconnaissance des musiques célèbres dans l’étude du cerveau, il existe une énorme marge de manœuvre en ce qui concerne les méthodes. Pour les citoyens scientifiques, la numérisation a encore ouvert de nouvelles possibilités de collaboration. Les types de projets de sciences citoyennes sont variés et le recours à des volontaires est plus ou moins intensif :

Muki f

 

Illustration: Muki Haklay

Potentiel

Les scientifiques tirent profit de l’engagement de la population et des connaissances souvent très pointues des citoyens scientifiques : ils obtiennent des données complètes, qu’ils n’auraient pas pu collecter, ni organiser seuls. Ils bénéficient d’aide lors de l’analyse de ces données et reçoivent des feed-back sur leurs recherches. Enfin, ils ont un aperçu des idées, questions et considérations de la population, ce qui peut s’avérer extrêmement intéressant et pertinent pour le travail de recherche.

En retour, il est motivant pour les citoyens de contribuer à un projet de recherche et d’apporter leur engagement, leur savoir et leurs idées. Les personnes concernées acquièrent des connaissances techniques approfondies, tout en découvrant les processus de recherche. La collaboration sous forme de partenariat, la reconnaissance de l’engagement et l’assurance qualité des données collectées par les citoyens sont d’une importance capitale pour les projets de sciences citoyennes.

Un sondage réalisé en 2015 par la fondation allemande Wissenschaft im Dialog a fait apparaître que, sur 1004 personnes interrogées en Allemagne, 30% étaient intéressées à participer de manière active à un projet de recherche. Or, à l’heure actuelle, 1% à peine a cette chance, ce qui prouve l’énorme potentiel des sciences citoyennes dans des pays similaires à l’Allemagne.